Reconnaissance faciale sur smartphone comment ça marche ?

La technologie offrant la possibilité de déverrouiller son appareil par le biais d’une reconnaissance faciale est de plus en plus récurrente sur les nouveaux modèles de smartphone. L’opération fait appel à des algorithmes complexes afin de garantir la sécurité des données de l’utilisateur et réduire les erreurs de reconnaissance en contrepartie d’un coût élevé en termes de performances.

La cartographie du visage

La reconnaissance faciale se base sur un principe consistant à comparer l’image de référence qui a été enregistrée par l’utilisateur lors du paramétrage du téléphone et le visage filmé par l’appareil photo. Les algorithmes interviennent alors pour mesurer les différentes variables présentes sur le visage, à savoir, les oreilles, les yeux et leur écartement, le nez, le nombre de commissures au niveau des lèvres, la taille du menton, la distance entre celui-ci et la lèvre inférieure, etc. L’ensemble de ces données permettent d’établir un profil propre à chaque individu et plus la puissance de la puce présente au sein de l’appareil est importante, plus elle sera capable de mesurer, dynamiser et analyser un nombre plus élevé de paramètres du visage avec une réduction du délai des opérations.

Identification à travers l’analyse de relief

Les dispositifs de reconnaissance faciale smartphone s’appuient sur plusieurs techniques, en effet, la première technique porte sur la reconnaissance en deux dimensions, cette méthode est basée principalement sur l’analyse en 2D et peut être facilement trompée à travers la présentation d’une image de la personne. L’intégration des capteurs de mouvement réduit les risques de leurres sur le smartphone mais la technique reste nettement inférieure à la méthode de reconnaissance faciale en 3D. Celle-ci consiste à projeter des repères de faisceaux lumineux sur le visage de l’utilisateur pour ensuite identifier les déformations, l’analyse des données par la puce entraîne l’établissement d’une carte en 3 dimensions du visage, qui sera conservée et cryptée sur le téléphone.

La fiabilité : limite de la reconnaissance faciale

L’ergonomie accompagnant la reconnaissance faciale reste une innovation technologique conséquente, le contact des doigts sur le capteur d’empreintes est nettement moins performant vis-à-vis de la sécurité par rapport à ce dernier mais il faut toutefois remarquer que les puces restent limitées en termes de puissance pour fournir une reconnaissance instantanée du visage.

Les fabricants pensent néanmoins à intégrer la reconnaissance faciale pour des opérations de paiement en ligne dans le but d’étendre sa fiabilité. Les avancées technologiques renforcent également l’efficacité de son utilisation en éliminant les biais liés aux changements d’apparence de l’utilisateur, la ressemblance d’un parent proche ou encore la présence d’un jumeau ou jumelle.

M-paiement : bonne ou mauvaise idée ?
Comment signer numériquement un document via son smartphone ?